L’assurance-vie est-elle toujours un placement de choix

Si l'assurance-vie est sans conteste le placement préféré des français, c'est qu'il y a bien des avantages à souscrire à ce type de contrats. Selon la Fédération française de l’assurance (FFA), 54 millions de contrats d’assurance vie sont aujourd’hui ouverts pour un encours qui dépasse les 1.650 milliards d’euros, l’équivalent des trois quarts du PIB et de la dette du pays. Le cadre financier et fiscal privilégié du placement explique en grande partie ce succès.
Fiscalité avantageuse, facilité de transmission du patrimoine, valorisation du capital, les bénéfices sont nombreux et alléchants, à condition de bien lire entre les lignes et de choisir une formule adaptée à ses besoins. Il est pour cela essentiel de prendre contact avec un assureur et se faire expliquer les détails des conditions pour ne pas perdre les avantages liés à son investissement. Dans cet article, nous vous proposons de tout découvrir et de savoir s’il est intéressant ou non de placer votre argent, peu importe la somme initiale, dans une assurance-vie.

Qu'est-ce qu'une assurance-vie ?

Une assurance-vie est un contrat de placement financier avantageux à durée déterminée. Il peut aussi bien constituer un capital pour la retraite que des fonds disponibles pour la famille ou les proches du souscripteur en cas de décès de ce dernier. Il peut également faire l'objet d'un retrait anticipé (si l'on retire son argent avant la fin du contrat), mais dans ce cas le taux d'imposition sera plus élevé.

Les avantages

Pour commencer, il n'y a aucune limite de premier versement. On peut investir une somme minime et alimenter ou non par la suite son investissement.L'assurance-vie peut constituer une épargne intéressante, à condition de ne pas y toucher avant la fin du contrat, car moins y touche, moins les gains seront taxés. Dans ce cas, si l'objectif du souscripteur est de se créer une épargne solide, un contrat à long terme sera d'autant plus intéressant car les gains seront plus élevés. Mais un rachat (retrait) anticipé est toujours possible, moyennant un prélèvement d'impôts sur les plus-values réalisées uniquement et non sur les sommes investies initialement, ce qui reste attractif. Les versements en cas de retrait anticipé se font en général dans un délai d'une semaine.Ainsi, si l'on souscrit à un contrat d'une durée de huit ans, le souscripteur pourra (au terme de ce contrat) percevoir des revenus faiblement fiscalisés en complément de ses autres revenus. Les gains obtenus sur un contrat d’assurance vie ne sont imposés qu’en cas de rachat ou de retrait de fonds, qu’il soit total ou partiel. L’imposition sera alors proportionnelle à la somme retirée. Depuis 1998, le souscripteur au contrat dispose de deux options : soit l’intégration de ses gains à l’impôt sur le revenu, soit pour un prélèvement forfaitaire libératoire. Dans ce dernier cas, les gains sont imposés de 35% si le retrait se fait avant la fin de la quatrième année, de 15% avant la fin de la huitième année et de 7,5% au-delà. Dans les deux cas susmentionnés, un abattement annuel de 4600€ (personne seule) ou de 9200€ (couple marié ou pacsé) est acquis après la huitième année.En outre, en matière de transmission de patrimoine, le souscripteur est assuré que le versement des sommes accumulées sur son contrat d'assurance-vie se fera hors succession, c'est-à-dire sans impôts pour le(s) bénéficiaire(s). En effet, si le bénéficiaire a été clairement désigné au moment de la souscription du contrat, il n'est redevable d'aucune taxe sur la succession. La désignation d'un ou plusieurs bénéficiaires n'est pas irrévocable et peut se faire sans contrainte de parenté. Il est possible, sur simple demande par courrier de modifier les bénéficiaires de son assurance-vie. Il est également possible de ne pas désigner de bénéficiaire, en ce cas, le contrat respectera les schémas successoraux conventionnels en cas de décès du souscripteur.Un contrat d'assurance-vie peut également ouvrir les portes des marchés financiers. Il donne accès à une gamme de fonds d'investissements pour optimiser vos gains. Selon que vous cherchiez un placement sécuritaire ou un placement dynamique, il existe de nombreuses possibilités qu'il est bon de détailler et de considérer avec votre assureur.Selon les fonds d'investissement choisis, les gains sont plus ou moins importants et plus ou moins risqués. Le fonds standard dit « Fonds euros » est un fonds sûr pour votre épargne mais avec des revenus plus modestes. Avec les placements type « Unités de compte », vous pouvez diversifier vos investissements dans différents secteurs et sur différentes zones géographiques. C'est un pari plus risqué car les investissements sont ici soumis à la fluctuation des cours et cela peut engendrer une perte de capital. Toutefois, si les marchés se portent bien, le placement peut être extrêmement performant. Il est possible de souscrire à une option sécurité, qui assure la protection automatique de son capital. Cette option permet, en cas de baisse des marchés, de protéger intégralement et automatiquement son épargne sur un support sécurisé.Il est également possible d'investir dans l'immobilier d'habitation, de bureau et de commerce grâce à l'organisation d'un marché secondaire des parts. Ce sont les contrats SCPI (Société Civile de Placements Immobiliers), dont le taux de rendement était en 2016 de 4,63% (net de frais de gestion). L'investissement est ventilé sur plusieurs biens immobiliers ce qui limite considérablement les risques de perte, grâce à la mutualisation du risque. Mais les SCPI ne bénéficient d'aucune garantie sur la valeur du capital et le niveau du revenu (trimestriel) distribué. De plus, les performances passées ne présagent pas des performances futures et sont soumises aux fluctuations du marché de l'immobilier.

Les inconvénients

Ils sont peu nombreux, soyons honnête. Mais il est impératif de les considérer et de bien y réfléchir avant d'investir son argent dans un contrat de ce type.Tout d'abord, il est pratiquement obligatoire de se faire aider par un professionnel pour être sûr de ne pas tomber dans les écueils des petites clauses que l'on ne comprend pas toujours. Un assureur compétent prendra le temps de répondre à vos questions et à vos doutes, il ne faut donc pas hésiter à s’informer auprès de plusieurs compagnies d'assurance, afin de comparer les frais inhérents à chaque type de contrat, car ils varient d'une société à l'autre.De plus, depuis le 27 septembre 2017, une flat tax de 30% sera prélevée sur tout nouveau versement lorsque les encours nets, tous contrats confondus dépassent les 150 000 euros pour une personne seule et 300 000 euros pour un couple pour les contrats déjà existants.Il est important de se souvenir des risques liés à certains investissements sur les marchés financiers, qui peuvent entraîner des pertes de capital.Le capital de votre assurance-vie ne peut être transmis entre vifs. Il n'est pas possible de le céder à un tiers. Dans le cadre d'un contrat de succession, le ou les bénéficiaire(s) doivent être désignés avec précision pour éviter tout litige. Si un couple souscrit à une contrat d'assurance-vie, que l'un d'entre eux décède, et que leurs enfants sont issus de précédents mariages, l'époux vivant pourrait être le seul et unique bénéficiaire du contrat sans que les enfants de l'époux décédé puissent revendiquer leur part de l'héritage. En cas de divorce, le contrat ne fait pas obstacle à la liquidation de la communauté des époux s'il en existe une. Dans ce cas, il faut racheter le contrat pour partager les fonds. Si cela intervient avant la fin du contrat, ces fonds seront soumis à l'imposition.Enfin, selon les compagnies d'assurance, les frais de gestion peuvent être élevés. Les frais de gestion et d'arbitrage les plus bas, à l'heure actuelle, sont de 1%. Les frais de versement peuvent, eux, tourner autour de 5%.

Le point porteur

En somme, la souscription à un contrat d'assurance-vie est un placement financier sûr et bénéfique pour peu que l'on n'y touche pas et que l'on soit correctement conseillé. Il est préférable d'avoir déjà anticipé ses besoins, c'est-à-dire de savoir ce que l'on veut faire de son capital, comment on veut utiliser son patrimoine.Pour un placement sécuritaire et rentable, il est conseillé de souscrire à un contrat le plus tôt possible et en y touchant le moins possible afin que le capital investi soit fructueux au moment de la fin du contrat. Pour des placements performants, il est impératif de se faire aider d'un professionnel qui vous guidera dans les méandres des marchés financiers, et vous aidera à optimiser vos investissements et donc vos gains. L'Assurance-vie est idéale pour valoriser ses capitaux, percevoir des revenus complémentaires faiblement fiscalisés (pour la retraite par exemple) et optimiser la transmission de votre patrimoine et assurer à vos proches une rente non imposable.Cela peut donc être une façon sûre et durable de protéger son argent, et d'anticiper sur les éventuels coups durs de la vie et pourquoi pas, d'augmenter ses revenus dans le futur, un petit matelas pour les beaux jours de sa retraite. Ce type de contrat s'adresse à tout un chacun, sans obligation de versement minimum.

Créez un compte Porteur pour recevoir les
investissements les plus rentables

Les membres Porteur on accès:
  • Les investissements de niche
  • Les bons coups immobiliers
  • Les placements refuge recommandés
Vous avez déjà un compte?
Connectez-vous