Comment réduire ses impôts sans l’immobilier

Les charges qu’imposent aujourd’hui les impôts encouragent les démarches pour obtenir des défiscalisations. Réduire ses impôts tout en investissant semblent placer le produit immobilier en tête de liste. Mais il existe d’autres façons de réduire ses impôts, sans passer par la pierre et la case locative soutenue par la loi Pinel. Les possibilités d’exonérations peuvent s’appliquent à d’autres produits, souvent moins connus du grand public, mais qui peuvent offrir un rendement tout aussi attractif.

1. Service emploi à domicile

L’utilisation du dispositif emploi services à domicile, dans votre résidence principale ou secondaire, est une façon de contribuer à l’allègement de vos charges fiscales en employant une personne chez vous pour des taches à caractère personnel, familial, comme les cours particuliers, le ménage, ou le jardinage. Cependant, cela ne pourra concerner les secteurs professionnels comme celui du bâtiment. Une convention avec l’employé doit être signée pour que le crédit d’impôt puisse fonctionner. Le niveau de ce crédit d'impôt est fixé à 50% de l’intégralité des frais, charges sociales comprises. Toutefois, le plafond a été bloqué à 12000€ par année. On peut ajouter à cela 1500€ par enfant à charge ou membre du foyer fiscal âgé au moins de 65 ans. La première année d’utilisation de l’emploi service donne droit à un plafond de 15000€. Et dans le cas d’une personne invalide au foyer, ce plafond est remonté à 20 000 euros pour couvrir les frais d’assistance. A noter que ce crédit d’impôts est réservé aux particuliers qui n’ont pas encore quitté la vie active

2. Les FCPI

Les sociétés civiles de placement immobilier sont un mixage entre l’investissement budgétaire et immobilier en quête de quotes-parts d’établissements civils ou de placements immobiliers. Seulement, pour prétendre à une exonération d’impôts, il faut choisir les SCPI fiscales et non de rendement. Le bénéfice fiscal consenti est à hauteur de 18% des versements effectués, jusqu’à 12000€ pour une personne et 24000€ pour un couple. Les SCPI proposent donc une alternative intéressante à l’investissement dans la pierre. Surnommé produit « pierre papier », il offre de beaux avantages : rentabilité, mutualisation des risques, pas de contraintes de gestion locative… Il permet en outre de bénéficier des avantages fiscaux de l’immobilier neuf, à condition bien sûr de rester dans les SCPI fiscales. Ces SCPI ont pour mission de réunir vos placements pour investir dans du neuf avant de vous restituer le perçu des loyers. Autre point positif : ce dispositif permet d’adapter le montant de la souscription selon votre stratégie de défiscalisation, à hauteur de 7500€, selon les cas. A savoir que la nouvelle formule fiscale entérine les SCPI antérieures : Scellier, les SCPI Scellier BBC, les SCPI Scellier BB intermédiaire, les SCPI Duflot. Aujourd’hui, les SCPI fiscales permettent aux investisseurs de bénéficier de réductions d’impôts, immédiates ou échelonnées. A chaque profil, correspond un dispositif fiscal, avec plusieurs catégories de SCPI défiscalisantes comme les SCPI Malraux (pour une réduction « one-shot »), ou les SCPI Déficit Foncier (pour alléger ses revenus fonciers), les SCPI Pinel (pour profiter de réductions étalées sur plusieurs années) ou encore les SCPI Monuments Historiques (pour dégrever le montant des travaux de son revenu global).

3. Le FIP

Dans le même mouvement que les SCPI, et pour ceux qui souhaitent investir dans la créativité des entreprises mais qui ne veulent pas entrer au capital d’une PME, les fonds d’investissement de proximité (FIP) restent une bonne alternative question réductions d’impôts. C’est une façon d’investir dans une entreprise non-cotée gérée par un gestionnaire. Comme pour les SCPI, la réduction fiscale consentie est de 18% de l’argent versé, à hauteur de 12000€ pour une personne seule et 24000€ pour un couple. A noter que l’on peut cumuler SCPI et FIP et que les parts doivent être maintenues pendant au moins cinq ans.

4. Le non lucratif

Pratiquer le mécénat, donner de l’argent à des associations caritatives, voici une technique assez méconnue mais efficace pour réduire ses impôts. En octroyant des aides à des organismes à but non lucratif et d’intérêt général, il est tout à fait possible d’obtenir des réductions fiscales, à condition bien entendu de fournir les justificatifs. Cela commence à 66% des versements réalisés dans l’année en cours, dans la limite de 20% du revenu imposable global net. Cela continue avec 75% sur les aides consenties aux structures de soins, de repas ou de logements, réservés aux personnes en difficulté, à hauteur de 521€. Les dons versés aux partis politiques sont quant à eux calculés à hauteur de 15000€/an par an et par foyer fiscal. Concernant l’excédent, il est reconduit durant les cinq années qui suivront.

5. Le PERP

Ce dispositif d'épargne sur le long terme permet d'avoir au moment de la retraite un revenu supplémentaire. Il peut être également transformé en capital, à hauteur de 20 %. Au moment où vous aurez l’âge de profiter de votre PERP, votre capital pourra devenir une rente pour au moins 80% de son montant. A savoir que les cotisations sont déductibles et donc autorisent une déduction de 10% sur les impôts sur le revenu. Pour autant, en demandant le virement d’un capital, vous devrez choisir entre deux calculs : le système du quotient pour les revenus exceptionnels ou l’imposition claire et nette à 7,5%.

6. Entrer au capital d’une PME

Pour encourager l’investissement dans les petites et moyennes entreprises, l’état a mis en place un dispositif fiscal avantageux sur les versements réalisés (avec un plafond de 20000 euros pour un célibataire et 40000 euros pour un couple). A noter que l’entreprise doit être composée au moins de deux salariés et qu’elle ne doit pas limiter son activité à de la gestion propre de son patrimoine mobilier ou immobilier. Pour ceux qui rêvent de projets participatifs, entrer au capital d’une PME peut s’avérer vraiment porteur. On peut, avec une mise de fond tranquille, attendre des rendements intéressant sur le moyen terme. On peut investir jusqu’à 100 000 euros et profiter de réductions fiscales fixées à 18%.

7. Les charmes du forestier

Peu de personnes le savent, mais investir dans le secteur de la forêt française permet de profiter d’un avantage fiscal. Ceci est valable dans le cadre d’un placement en numéraire ou d’une gestion de patrimoine privé. On peut aussi acquérir des parts de groupements forestiers ou de sociétés d’épargne forestière. A noter que ces acquisitions doivent être maintenues jusqu’au 31 décembre de la 4ème année qui suit la signature de l’acte. Pour bénéficier de ce dispositif, on doit acheter des bois ou forêts, ou des terrains nus à boiser dans les trois ans. Pour cela, la zone doit faire moins de 25 hectares. Il faut par ailleurs conserver le terrain pendant au moins 8 ans. L’avantage fiscal est une réduction d’impôt de 18% des sommes versées, avec un plafond de 5700€ pour une personne et de 11400€ pour un couple.

8. SOFICA

Si vous aimez le cinéma, sachez que vous pouvez compter sur des réductions d’impôts en aidant à la production du septième art. En effet, l’investissement dans une SOFICA (société pour le financement du cinéma et de l’audiovisuel) permet une réduction d’impôts des sommes investies. Un vrai placement épargne défiscalisant. La baisse d’impôts peut aller jusqu’à 30% des sommes investies dans la limite de 18000 euros par an ou 25% du revenu global net annuel. Cette réduction peut même s’élever à 36% sous certaines conditions, mais il faut cependant conserver ses parts pendant au moins 5 ans.

9. La garde d’enfants

C’est une technique qui va convenir à tous ceux qui ont des enfants de moins de 6 ans à faire garder à l’extérieur, par une personne agréée ou dans un établissement agrémenté. En effet, le crédit d’impôt s’élève à 50% des frais annuels dans la limite de 2300€ par enfant, soit une réduction maximale de 1150€ par enfant.

10. L’achat d’un véhicule non polluant

Si vous voulez gagner un peu d’argent en participant à la bonne santé environnementale de notre pays, vous pouvez toujours acheter un véhicule non polluant, roulant au GPL (gaz de pétrole liquéfié), au GNV (gaz naturel véhicules) ou à l’électricité. Vous aurez ainsi la chance de toucher un bonus écologique allant de 300 à 5000€ selon le taux de rejet de C02 de votre voiture. Ce bonus écologique prend la forme d’un crédit d’impôt qui déduit une partie des dépenses de l’achat sur vos impôts. Pour profiter de ce crédit, vous devez déclarer l’achat du véhicule lors de votre déclaration d’impôt.

Le point porteur

Comme nous venons de le voir, il existe en dehors de l’immobilier et de ses avantages de défiscalisation, d’autres moyens de réduire sa part imposable. Plusieurs dispositifs mis en place ne sont pourtant pas très connus. Il convient de les découvrir car cela peut offrir une belle alternative à l’investissement immobilier. Il est aujourd’hui facile de se tenir au courant des possibilités offertes pour réduire sa fiscalité sans passer nécessairement par les techniques les plus connues. Parlez-en à votre conseiller qui saura vous conseiller sur les opportunités qui pourraient vous convenir, au vu de votre profil et de votre stratégie fiscale.

Créez un compte Porteur pour recevoir les
investissements les plus rentables

Les membres Porteur on accès:
  • Les investissements de niche
  • Les bons coups immobiliers
  • Les placements refuge recommandés
Vous avez déjà un compte?
Connectez-vous