Combien on peut emprunter avec un salaire de 1500 euros

Avec un salaire très modeste, inutile d’être calé en finances internationales pour comprendre qu’une demande de prêt va probablement ressembler à un parcours du combattant. Avec 1500 € par mois, le banquier ne va certainement pas vous tenir la porte ni vous offrir un café. Aussi, la grande majorité des petits salaires n’osent même pas tenter la démarche tant celle-ci parait impossible. Dans ces conditions, il est difficile de se projeter dans l’avenir. Pourtant, il existe des solutions réservées aux petits salaires.

La cohérence

C’est une chose acquise : les banques n’accordent pas d’entrée un crédit aux particuliers payés au smic qui font une demande de prêt. De façon générale, les organismes bancaires s’appuient sur des critères nombreux et variés pour s’assurer que l’emprunteur sera bien en mesure de rembourser. Ce qui est important à leurs yeux, ce sont les capacités de remboursement. Que vous gagniez 1500 € ou 15 000€ par mois, c’est la même chose, à une échelle différente. Il doit y avoir une cohérence entre le montant que l’on veut emprunter et l’argent qui rentre chaque mois dans le foyer.

L’importance du dossier

Pour espérer convaincre une banque avec un petit salaire, il s’agira en premier lieu de soigner la présentation du dossier, afin d’évaluer en toute transparence la faisabilité du montage financier. Chose importante, avec un petit salaire, n’essayez pas de trop emprunter. Visez l’essentiel. En plus, les banques sont toujours plus clémentes avec les petits prêts qu’avec les gros. Dans la plupart des cas, il est souvent préférable d’avoir un CDI afin de prouver que vous ne serez pas à la rue dès le lendemain.

Le taux d’endettement

Pour les chômeurs ou les personnes en situation fragile, en CDD par exemple, les démarches sont dissuasives. Les organismes demandent des justificatifs rassurants et surtout, examinent le taux d’endettement. Celui-ci ne doit pas dépasser 40%. Avec un petit salaire, ce taux augmente très rapidement car le coût de la vie est élevé, surtout dans les grandes agglomérations. Les petits salaires ont beaucoup de mal à supporter le montant des loyers urbains et le taux d’endettement dépasse rapidement les 40%. Dans cette situation, une demande de prêt classique à vraiment peu de chance de se concrétiser. Les garanties demandées sont trop strictes et mettent tout de suite hors-jeu les petits revenus. Mais il existe cependant des solutions pour ces profils particuliers, en dehors des traditionnels crédits renouvelables ou crédit conso.

Les solutions

Il y a le prêt entre particuliers (sans intérêts). Dans ce cas, les personnes physiques se substituent aux prêteurs traditionnels comme les organismes de crédit. Nous trouvons également le micro crédit proposé par la CAF et l’ADIE (Association pour le Droit à l’Initiative Economique). Cette formule est particulièrement adaptée aux personnes surendettées ou même fichées à la Banque de France. Evidemment, il y a quelques petites contraintes. Pour l’ADIE, ce crédit peut grimper jusqu’à 3000 € à condition que cette somme soit associée à un processus d’intégration professionnelle (financement d’une formation, permis de conduire, stage diplômant…). La CAF, quant à elle, peut offrir une prime de déménagement pour un couple avec au moins 3 enfants dont le dernier ne doit pas avoir plus de deux ans. Citons également le PTZ, qui est un prêt conventionné exempté de frais et d’intérêts. Puis le prêt action logement, réservé aux salariés d’entreprises. Enfin, il existe aussi le crédit renouvelable, qui est en fait une forme de crédit à la consommation offrant aux clients une réserve d’argent, via une carte.

Le statut de célibataire

Combien peut-on emprunter avec un salaire de 1500 euros ? Cela dépend en réalité d’un certain nombre de facteurs comme, la composition du foyer, l’âge, l’état de santé, le taux d’endettement, les éventuels prêts en cours, la durée de l’emprunt, etc. Le nombre de personnes qui constituent le ménage est essentiel car, avec un salaire net de 1500 euros, vous ne pouvez pas raisonner de la même façon selon que vous soyez seul, en couple, ou parent d’une famille nombreuse. Si vous êtes célibataire, sans crédit annexe, il sera certainement possible d’envisager quelque chose dans le domaine de l’emprunt immobilier, à condition de ne pas choisir le cœur d’une grande ville. En couple, les choses seront déjà un peu plus ardues, sans apport de l’un des deux dans le projet. Et si vous avez des enfants à charge, il sera conseillé de laisser tomber. Aucune banque ne suivra. Reste la solution de l’acompte sur salaire, effectivement possible, mais dans la mesure de 10 % du revenu mensuel, donc 150 euros pour un salaire de 1500. Enfin, il convient de préciser que vous devrez toujours fournir des justificatifs de paie. Sans ces documents, contrairement aux publicités mensongères, vous ne pourrez rien obtenir, sauf payer inutilement des frais de dossier…

Les charges

Comme vous, les banquiers n’ignorent pas le coût de la vie. Avec un salaire de 1500 euros, la personne doit être capable d’assurer mensuellement les remboursements du crédit immobilier. A cela s’ajoute les charges incontournables sur lesquelles il est souvent impossible de rogner quelques centimes : les impôts sur le revenu, la taxe foncière, la taxe d’habitation, le téléphone, l’abonnement internet… Sans compter la nourriture… Le reste à vivre correspond donc à ce qu’il vous restera une fois que vous aurez tout payé, charges + mensualités du prêt. Pas sûr qu’il vous reste beaucoup de marge pour emprunter. Et si vous finissez par franchir le pas, il vous faudra une gestion saine et rigoureuse pour tenir le cap.

Faire face à l’imprévu

Dans le cas d'un logement en copropriété, vous serez confronté à d’autres charges que celles citées plus haut. Et parfois, elles peuvent être très lourdes et surtout, incontournables : façade d’immeuble, ascenseur, caves, tout à l’égout, passages communs, toiture, jardin, etc. Selon les agglomérations, cela peut vite chiffrer. Une réserve d’argent est indispensable pour faire face à ces imprévus. C’est pour cette raison que le taux d’endettement ne doit jamais franchir la ligne rouge, sinon c’est la catastrophe. Au moindre pépin, vous plongez.

Se poser les bonnes questions

Bien sûr, vous aimeriez devenir propriétaire, comme votre voisin. Cela vous semble un projet de vie cohérent, et vous aurez raison. En même temps, dans une situation de petit salaire, l’essentiel est-il vraiment de devenir propriétaire ? Quelles sont les raisons qui, dans votre situation, vous font penser que la propriété c'est beaucoup mieux que la location ? Sans doute avez-vous envie de transmettre un patrimoine à vos enfants, c’est le rêve de tout parent. Mais réfléchissez, si vous vous vous endettez de façon déraisonnable, à la limite de la rupture, comment pourrez-vous financer leurs études ? Ce n’est pas parce que le voisin est devenu propriétaire que vous devez forcément faire la même chose. Son profil est sans doute différent du votre. Il faut savoir qu’en restant locataire, vous pourrez mieux profiter de la vie. Le fait d’être propriétaire n’est pas qu’une figure de style. C’est aussi un engagement sur le long terme, avec parfois des contraintes lourdes à soutenir. Si vous vous privez de partir en vacances, vous passerez à côté des choses essentielles de la vie : le repos, la joie d’être en famille, le besoin de se ressourcer… On peut vivre très bien sans être propriétaire. Mais si finalement vous décidez d’emprunter pour acheter, vous devez le faire en ayant conscience des embuches et du danger de la faillite personnelle.

Si vous êtes déjà propriétaire

Si vous êtes dans la catégorie des petits salaires mais que vous possédez un bien, les choses seront certainement un peu plus faciles. Posséder un lieu d’habitation peut servir à vous rendre plus crédible, et on pourra vous proposer par exemple la garantie hypothécaire. Avec des revenus modestes, un prêt ne sera possible qu’avec cette solution. Ce sera pour la banque prêteuse un gage de récupérer son argent en cas de défaillance de votre part. Evidemment, la valeur du bien devra être suffisante pour être à la hauteur du prêt.

Pour 495 €/ mois

Ces exemples sont basés sur un état d’endettement de 33%, c’est-à-dire sans autres crédits. Car nous l’avons vu, les organismes refusent de prêter à celles et ceux dont les charges ne permettront pas d’envisager un remboursement serein. Exemple pour un salaire de 1500€, avec des remboursements annuels de 495€. 

Le point porteur

Il est utile de comprendre que les banques n’étudient pas forcément une demande de prêt en fonction du salaire de la personne. Ce qui compte avant tout, c’est le taux d’endettement, seul critère qui sera le gage d’un projet d’investissement réalisable. L’important est la capacité de remboursement du client. Il doit pouvoir continuer à vivre normalement tout en supportant le poids du crédit ainsi que les charges découlant du fait d’être propriétaire.

Créez un compte Porteur pour recevoir les
investissements les plus rentables

Les membres Porteur on accès:
  • Les investissements de niche
  • Les bons coups immobiliers
  • Les placements refuge recommandés
Vous avez déjà un compte?
Connectez-vous