Assurance vie: dopez vos revenus avec la rente viagère

Il y a de nombreuses façons d’envisager l’avenir lorsque les revenus de la vie active cessent brutalement. La rente viagère offre la possibilité d’assurer ses arrières et de percevoir un revenu constant, quelle que soit la conjoncture financière. C’est une formule qui associe sécurité et simplicité. Au lieu de placer son argent pour obtenir un rendement, ce qui demande une vigilance toute particulière sur les évolutions du marché, la rente viagère offre une vraie tranquillité d’esprit, sans contrainte ni spéculation.

Sécurité

La rente viagère est un produit hautement sécurisé qui garantit des revenus réguliers. Il n’est plus besoin de spéculer sur les cours de la vie car le capital de base servira à répondre au besoin du souscripteur, sur une durée qui aura été évaluée au préalable. La rente viagère trouve tout son sens aujourd’hui alors que la durée de vie des personnes ne cesse d’augmenter. Cette évolution de l’âge, conjuguée au fait que le régime des retraites bât de l’aile, renvoie à la nécessité de bien préparer sa sortie de la vie active. Avec une rente viagère, aussi longtemps que vous vivrez, vous aurez toujours de quoi subvenir à vos besoins.

Les différentes rentes viagères

Il y a plusieurs types de rente viagère, comme le viager immobilier ou les produits de retraite. Le viager occupé permet de toucher des revenus tout en restant chez soi. Il est généralement mis en place lorsque les personnes ont besoin de liquidités au quotidien. D’autres formules, comme les contrats Madelin ou PERP sont quant à elles intéressantes sur le plan fiscal. Mais avec l’assurance vie, le capital constitué peut être transformé en rente viagère. Ainsi, les possibilités sont multiples pour le souscripteur : transmettre une partie de son patrimoine dans des conditions fiscales intéressantes, ou se constituer une épargne de sauvegarde … En cas de besoin de liquidités, l’assuré peut facilement convertir son assurance vie en rente viagère. Toutefois, il est important de bien connaitre les rouages d’une telle procédure qui supprime le capital investi. On parle alors d’aliénation du capital.

Aliénation du capital

Lorsque le souscripteur choisir de toucher une rente viagère, il doit renoncer en même temps à récupérer le capital investi, et de manière irréversible. L'assureur récupère cette épargne à son compte et s'engage, en contrepartie, à assurer une rente à l’assuré selon un montant choisi à l'avance. Il faut savoir que le capital est perdu non seulement pour le souscripteur mais également pour les héritiers, sauf si l’assuré à prévu de « protéger » son/sa conjoint(e)/partenaire survivant. Il est à noter cependant que, même aliéné, le capital qui soutient la rente continuera à générer une rémunération, dont l'assureur se fera l’écho.

Rente viagère immédiate 

A la fin du contrat d’épargne souscrit des années plus tôt, le déblocage d’une rente viagère garantit le versement à vie de revenus réguliers. C’est-à-dire qu’en contrepartie du versement définitif du capital à la compagnie d’assurance, la rente viagère peut alors apporter un revenu garanti, périodique et versé jusqu’au décès. Pour transformer le capital en rente, l’assureur va appliquer un taux de change qui se structure selon trois axes : l’âge de l’assuré au moment de la conversion (ou celui du/de la conjoint(e)/partenaire si une réversion est prévue), l’espérance de vie, et le taux technique. Ce taux technique est en fait un taux d’anticipation financière des produits réalisés par l’assureur, réglé entre 0 et 2 %. Avec du 0 %, la rente est plus faible au début et puis augmente. Avec du 2%, la rente sera plus importante au début. Il est important de noter que les assureurs travaillent sur des « tables de mortalité » conçues par l'Insee pour évaluer l'espérance de vie. Cependant, si on examine chaque cas en fonction de la date de naissance, il est désormais interdit (depuis 2012) d’évaluer différemment les hommes des femmes, afin d’éviter toute discrimination dans le calcul des avantages et des options.

La fiscalité 

Si les rentes issues des contrats Madelin et PERP sont imposées à l’impôt sur le revenu dans la catégorie des pensions et rentes, la rente provenant d’une assurance vie sera imposée à titre onéreux, c’est-à-dire pour une partie seulement de son montant. Cette partie est calculée au regard de l’âge du souscripteur au moment du 1er versement de la rente, selon quatre paliers : 70 % (moins de 50 ans), 50 % (de 50 à 59 ans), 40 % (de 60 à 69 ans), et 30 % (plus de 69 ans). D’autre part, selon le type de rente ou compte tenu de la situation de l’assuré (phase d’épargne ou échéance du contrat), certains éléments devront être inclus dans le calcul de l'impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF). A noter qu’une rente viagère est désignée « à titre gratuit » quand elle provient d'un contrat d'assurance-vie à adhésion obligatoire. Dans ce cadre, l’assuré profite d'un abattement fiscal à hauteur de 10 % sur les revenus issus de la rente perçue. Parfois, le capital ayant servi à construire la rente ne provient pas du patrimoine du souscripteur et donc n’entrera pas dans l'assiette de calcul de l'ISF.

Le fonctionnement

La rente viagère de l’assurance vie permet aussi d’inclure des options que l’assuré pourra choisir dans son contrat. Elles sont au nombre de trois : 1/ réversion au/à la conjoint(e)/partenaire en cas de décès à hauteur de 60 %, voire 100 % de la rente. 2/ option dépendance (la rente est doublée en cas de dépendance). 3/ Garantie décès, qui permet de reverser le capital non dépensé aux bénéficiaires désignés. Enfin, il convient de préciser que le contrat d’assurance vie permet de combiner trois axes en même temps :  transformation d’une partie du capital en rente viagère immédiate, conservation d’une partie sous forme de liquidités, transmission de l’autre partie directement aux descendants. Les versements, appelés aussi « arrérages », sont effectués sur une base annuelle, semestrielle, trimestrielle ou possiblement mensuelle.

Les inconvénients

Le besoin d’avoir recours à une rente viagère n’est pas anodin en termes d’impact psychologique, sur le souscripteur mais également sur ses proches ou la famille en général. Tout d’abord, l’idée que le capital soit transformé en rente peut déplaire. Le fait de ne plus avoir de capital peut choquer certaines personnes. Il est vrai que cette formule ne favorise guère d’éventuels projets d’investissement. De plus, cette situation peut aussi entraîner certaines incompréhensions de la part des héritiers. C’est pour cela que la décision d’opter pour une rente viagère doit être mûrement examinée car cela entraine des conséquences, et sur la transmissibilité de l'épargne, et sur la fiscalité. De plus, une mutation du capital en rente entraine des frais de dossier qui font tout le bonheur de l’assureur, mais pas forcément celui du souscripteur.

Les différentes formules

La rente viagère immédiate, nous l’avons vu, consiste à convertir son capital sous forme de rente versée à vie. La rente viagère différée quant à elle propose au souscripteur d’effectuer des versements durant la période d'épargne et de ne commencer à percevoir une rente qu'après une période déterminée. Mais si l’assuré meurt prématurément, les sommes investies sont perdues… Ensuite, la rente différée avec contre-assurance stipule qu’en cas de décès de l’assuré avant le début du versement de la rente, le bénéficiaire désigné au contrat pourra toucher la valeur acquise du contrat. Enfin, la rente réversible prévoit qu'en cas de décès du souscripteur pendant la période de service, la rente ira automatiquement au bénéficiaire et jusqu'à la fin de sa vie.  Mais attention, le choix d'une rente réversible entraîne une réduction du montant de la rente puisque l'assureur s'engage sur un temps plus long. Pour exemple, à 65 ans, une réversion à 100 % sur un(e) conjoint(e)/partenaire du même âge réduit d’environ 20 % le niveau de la rente escomptée.

Une alternative à la rente viagère

Vous avez bien sûr la possibilité de ne pas entrer dans le processus de la rente viagère et d’effectuer seulement des retraits sur votre capital. Cela vous permet de continuer à faire du rendement entre le fonds en euros sécurisé et les unités de compte qui rapportent. En cas de décès, les fonds iront aux proches. Il est probablement plus intéressant en termes de rendements de choisir la formule des retraits, mais comme nous l’avons vu en amont, cette situation n’offre pas la tranquillité d’esprit que propose la rente viagère.

Le point porteur

Comme nous venons de le voir, la rente viagère semble aujourd’hui apporter une solution aux problématiques de la vie moderne. En effet, plus l’espérance de vie grandit, plus la formule de la rente apparait comme une réponse rassurante, avec une perception de revenus garantis à vie, parallèlement à la retraite. Même si la transformation du capital en rente est une décision importante à prendre, elle a au moins l’immense mérite de faciliter une vie sereine. A la différence des retraits qui peuvent s’avérer insuffisants en cas d’allongement de la durée de vie, le dispositif de la rente permet de ne pas se soucier du quotidien et de profiter de la vie sans perdre tout à fait son niveau de vie initial.

Créez un compte Porteur pour recevoir les
investissements les plus rentables

Les membres Porteur on accès:
  • Les investissements de niche
  • Les bons coups immobiliers
  • Les placements refuge recommandés
Vous avez déjà un compte?
Connectez-vous